réduire
fermer

Qu’est-ce que VOCALOID ?

VOCALOID est en premier lieu un logiciel de synthèse vocale de la YAMAHA Corporation sorti en 2004. Permettant de créer des chants par MAO, il a connu le succès en 2006 notamment avec la seconde version du logiciel et la sortie d'Hatsune Miku, devenue figure de proue du logiciel. Mais le phénomène est bien plus vaste que l'on pourrait le penser ! Vocaloid est un univers artistique et culturel mondial qui s'est diffusé comme une trainée de poudre grâce à internet. Dans le monde entier, des artistes de tous bords ont collaboré, des fans ont partagé et échangé, l'imagination a débordé. VocaloidFR se propose ici de mettre en valeur le pendant francophone de cette communauté créative tout en vous tenant informés des dernières nouvelles partout dans le monde. Passez un bon moment ! Cliquez ici pour en savoir (encore) plus.

QU'EST-CE QUE VOCALOID ?

Compte-rendu de l'exposition Akiakane et interview de l'artiste !

Une exposition et une artiste hautes en couleurs. Posté le 11/05/2015 à 18:15 par AkumaKokutan dernière édition le 29/05/2015 à 22:30

Il y a près d'une semaine, une exposition entièrement dédiée à l'artiste Akiakane avait lieu au Dernier Bar Avant la Fin du Monde, à Châtelet, dans Paris. L'équipe de Vocaloid.fr a pu couvrir l'événement, et a même eu l'occasion d'interviewer l'artiste. En voici donc notre compte-rendu, avec en fin d'article, l'interview écrite et vidéo de l'artiste !


Sommaire :

  1. Présentation de l'artiste Akiakane
  2. L'organisation de l'exposition
  3. Compte-rendu et photos de l'événement
  4. Interview

Présentation de l'artiste Akiakane


Kakkurau, de EZFG. Clip d'Akiakane.

Akiakane est une très jeune artiste japonaise, âgée d'une vingtaine d'année. Elle fait ses débuts en tant qu'Utattemita (chanteur amateur postant des vidéos sur NicoNicoDouga) en avril 2008, avec Oyashirazu des Chatmonchy, même si son cover le plus connu reste Rolling Girl, de wowaka, dont elle a dessiné le clip. Car Akiakane est aussi une illustratrice, très active depuis avril 2009, quand elle commence à travailler sur des PV avec le clip Butterfly On Your Right Shoulder de Nori-P. Elle est depuis devenue chanteuse et illustratrice professionnelle, en contrat avec TOY'S FACTORY, mais reste très active dans la communauté Vocaloid.

Sa voix lui a notamment value le surnom de Screaming Cinderella, pour sa facilité à atteindre de très hautes notes. A ce jour, elle a repris près de 58 titres, et a sorti plusieurs albums.
Elle reste néamoins très connue pour ses illustrations et son style de dessin particulier, utilisant surtout des couleurs très vives. Elle a même collaboré avec la chanteuse Lorde afin d'illustrer le clip de sa chanson Royals.

L'organisation de l'exposition

Akiakane est déjà venue en France pluisieurs fois, notamment en tant qu'invitée pour la Japan Expo 2013 où elle présentait un concert en live ainsi que plusieurs séances de Live Drawing, ou encore lors d'une exposition d'une durée de presque un mois en mai 2013. Ce dernier événement avait été organisé par la fondatrice de la fanpage française de l'artiste, WhiteRockMiku. Elle continue donc sur sa lancée avec cette nouvelle exposition, qu'elle a commencé à organiser en février.

   

Celle-ci a donc eu lieu du mercredi 22 au dimanche 26 avril, en présence de l'artiste le vendredi, samedi et dimanche, au Dernier Bar Avant la Fin du Monde (Châtelet, Paris 1er arrondissement). Le bar disposant d'une assez grande salle en sous-sol, la place ne manquait pas, même si un système de billeterie restait nécessaire. Akiakane, victime de son succès !

Compte-rendu et photos de l'événement

Les animations prévues commencèrent le 24, premier jour en présence de l'artiste. On commençait alors par une séance de Live Drawing, de 14h30 à 15h15. C'était l'occasion de voir en direct Akiakane dessiner, étape par étape ! C'est toujours impressionnant de voir comment l'illustratrice réussit à donner de la matière à ses dessins, ou comment elle réalise certains effets; c'est d'autant plus intéressant pour les jeunes dessinateurs, qui peuvent bénéficier de l'expérience de l'artiste.

Le Live Drawing était suivi d'une séance de dédicaces, jusqu'à 16h. Les supports acceptés étaient les posters, CDs et artbooks vendus durant l'exposition, ou le votre si vous en aviez un. Les shikishis étaient interdits; en effet, en si peu de temps, l'artiste n'aurait pas pu faire un dessin à chaque personne, et pas question d'en avantager certains par rapport aux autres.
Les dédicaces ont été suivies d'une autre séance de Live Drawing, puis d'une autre séance dédicaces, et ce jusqu'à 17h30. Malgré ce nombre énorme de séances, que ce soit Live Drawing ou dédicaces, elles étaient toutes complètes !


Akiakane en dédicace

Le samedi 25 étant réservé aux interviews, nous passons directement au dimanche 26, qui commençait par une session de Live Drawing, de 13h30 à 14h15, suivie par une session de discussion avec Akiakane, jusqu'à 15h45. Avec l'aide d'un interprète, elle répondait aux différentes questions du public. L'ambiance était très conviviale !
Après ces questions/réponses, l'artiste est retournée à sa tablette pour de nouveau dessiner en direct, jusqu'à 17h. Elle a ensuite fait des dédicaces jusqu'à 18h30, fin de l'exposition. C'était également l'occasion de voir le dessin fini !

Et le reste du temps, alors ? L'exposition restait ouverte, vous pouviez donc admirer différentes oeuvres d'Akiakane, en très haute qualité, notamment le poster exclusif à la France ! Vous pouviez également vous offrir un petit souvenir de l'exposition, au vu des nombreux goodies en vente. Il fallait préparer votre porte-feuille, car il était difficile de ne pas craquer !

Par exemple, ces trois posters exclusifs à l'exposition, au prix de 15€ ​et au format B2 (soit un peu plus grand qu'un 50x70cm) feront sensation dans votre chambre ! Les dédicaces le rendront d'autant plus unique, et quoi de mieux qu'un poster dédicacé ? 

 
 

Mieux qu'un poster dédicacé ? Un artbook dédicacé ! Vous pouviez justement en faire l'acquisition, au prix de 35€. Vous aviez le choix entre l'artbook "Illustration Making & Visual Book" ou l'artbook "RGB", le premier d'environ 200 et le deuxième d'environ 130 pages.

 

Dans la panoplie d'objets à faire dédicacer se trouvaient également trois CDs à 25€: "SQUARE", "BoroBoro Na Ikizama" et "DragonFly", avec leur superbe jaquette ont été illustrées par Akiakane.

  

Et enfin, pour habiller les jambes des demoiselles aux couleurs de l'artiste, se trouvaient en vente des bas, leggins et collants designés par Akiakane, au prix variant de 40 à 45€. Ils étaient disponible en trois coloris : noir, blanc et rose.

 

Pour conclure, cette exposition permettait de bien découvrir tout l'univers d'Akiakane, et ce fut un réel plaisir de se rendre à cet événement. Félicitations à WhiteRockMiku pour son investissement et la qualité de son organisation, et espérons une nouvelle venue d'Akiakane en France !

Crédits photos : Solkin, Red-Kami, Radio Tako, fanpage française d'Akiakane

L'interview

L'interview qui suit a été menée par l'équipe de Vocaloid.fr. Elle est disponible ci-dessous en vidéo, sous-titrée; ainsi qu'à l'écrit. Merci à Jeungo pour le montage et sous-titrage de la vidéo et à l'intreprète Fumio Inaba !


Sommaire :

  1. Akiakane et Vocaloid
  2. Côté illustration...
  3. Côté chant...
  4. Sa vie professionnelle
  5. Projets futurs ?
  6. Les mots de la fin

 


Akuma = AkumaKokutan ; Aki = Traduction d'Akiakane

1. Akiakane et Vocaloid

Akuma : Comment et pourquoi vous êtes-vous intéressé à l’univers VOCALOID ?

Aki : Tout d’abord, je suivais le site NicoNicoDouga vraiment depuis ses débuts, quand à l’époque VOCALOID n’existait pas encore, et donc je suivais ça de près vraiment pour m’amuser. C'est à ce moment-là que j’ai découvert, justement avec Hatsune Miku, les premiers VOCALOID, et j’ai trouvé ça très interessant. Ce qui m’attire vraiment dans VOCALOID, c’est le fait de savoir qu'il y a des tonalités qui sont impossibles pour l’Homme, ou encore la possibilité de créer des phrases très rapides, et en ce sens-là je pense que c’est un logiciel très performant et qui permet des créations un peu inédites, c’est-à-dire impossible jusque là.
J’ai dis tout à l’heure qu’à la base VOCALOID n’existait pas, mais je me reprends un peu, c’est vrai qu’il existait déjà Mei et Kai (Note Akuma: à savoir, Kaito et Meiko, appelés comme ça par Akiakane) comme VOCALOID. Cependant, à ce moment-là je connaissais moins, c’est vraiment avec le personnage d’Hatsune Miku que j’ai commencé à m’y intéresser.

Akuma : Que vous apporte cet univers au quotidien ?

Aki : Bien sûr, si je suis là aujourd’hui c’est avant tout grâce à VOCALOID, je ne serais pas là sans VOCALOID. Dans ce sens-là, forcément, même aujourd’hui ça me marque toujours, mais après bien sûr, même si j’ai moins le temps de le faire, dès que je peux je vais encore sur NND pour écouter les nouveautés VOCALOID.

2. Côté illustration...

Akuma : On va passer aux questions sur le dessins. Pourquoi ce style de dessin qui contraste avec des couleurs naturelles ? La plupart des dessinateurs utilisent plutôt des couleurs plutôt réalistes, vous utilisez vraiment des couleurs vives.

T.Aki : C’est vrai que j’adore utiliser les couleurs vives, c’est aussi ma particularité. Ca m’est venu plutôt naturellement, c’est-à-dire que quand vous parlez des artistes qui utilisent des couleurs réalistes, je trouve ça très bien, mais en quelque sorte, comme ça existe déjà, j’ai voulu justement prendre un peu le contre-pied et utiliser toutes les couleurs. Ca fait justement quelques années que je me suis vraiment intéressée aux couleurs, que j’ai commencé à utiliser les couleurs vives, et disons que le résultat final me satisfait beaucoup, et me ressemble dans ce que je veux faire. C’est donc dans ce sens que fais le choix d’utiliser des couleurs vives.

Akuma : Quels outils utilisez-vous, que ce soit en tablette graphique, pour dessiner au traditionnel…?

T.Aki : De base, j’utilise Clip Studio Paint, qui est vraiment mon software de référence, et à la fin, pour finaliser mes illustrations bien sûr il m’arrive d’utiliser Photoshop.

Akuma : Quels artistes vous inspirent ou admirez-vous ?

T.Aki : Je vais parler aussi de la musique qui m’inspire, parce que dans mon univers, il y a beaucoup de musiciens qui m’ont inspirée. Je vais parler de Bump of Chicken, ou encore du groupe de rock féminin Chatmonchy, et aussi, ma mère avait tendance à écouter Natacha Miyuki, ce sont mes influences musicales on va dire. Après en terme d’illustrateurs, je ne m'inspire pas vraiment d’artistes “renommés” on va dire, parce que tous les dessins m’intéressent beaucoup, donc il suffit maintenant que je regarde des sites comme Pixiv avec des dessins amateurs. Là mon but aujourd’hui est d’élargir mon champ de vision le plus possible, et chaque technique, chaque dessin m’inspire une technique différente, donc voilà, j’essaye de regarder un maximum de dessins, que ça soit professionnel ou amateur.

Akuma : On va aborder Project Diva un petit peu. Dans le jeu, on retrouve beaucoup de chansons dont vous avez dessiné le PV, comme par exemple Rolling Girl. On voulait savoir si vous envisagiez de dessiner pour Project Diva des modules, des décors…?

T.Aki : Pour être franche avec vous, je n’ai jamais joué à Project Diva, mais c’est une oeuvre qui m'intéresse beaucoup car je connais un bon nombre des illustrateurs et compositeurs des volets précédents. C’est vrai que même en les regardant jouer, j’ai toujours été attirée par ce jeu, et à l’avenir c’est sûr que si jamais on me proposait de collaborer avec eux, j'accepterais avec grand plaisir.

3. Côté chant...

Akuma : On va repasser du côté du chant. Pourquoi ce style de chant assez original ?

T.Aki : Comme vous avez pu le remarquer, il m’arrive souvent d’aller dans des tonalités assez hautes. Vis-à-vis de ça, concrètement, c’est le groupe Chatmonchy dont j’ai parlé tout à l’heure qui m’a inspirée. Il m’est arrivée de nombreuse fois de chanter des chansons de Chatmonchy au karaoké, et en fait elle sont très très hautes, et à ce moment-là, j’ai compris que ça m’allait bien et que ça faisait vraiment du bien, donc je suis allée dans cette voie-là. Après je n’ai jamais reçu de vrais cours de chant, donc j’ai continué à ma sauce, et c’est peut-être comme ça que mon style est né.

Akuma : Comment en êtes-vous venue à collaborer avec l’artiste Lorde ?

T.Aki : Tout simplement, jusque là je faisais juste mes travaux de mon côté, et à ce moment-là c’est Universal Music qui m’a directement contactée pour cette opportunité. J’ai saisi l’occasion, j’ai sauté dessus !

Akuma : Ca se comprend ! Pourquoi ce choix de carrière, chant  ET illustration ?

T.Aki :  Au début je ne voulais pas forcément mélanger ces deux univers, j’adorais dessiner c’est vrai, mais avec NND j’ai aussi eu l’occasion de chanter, et au fur et à mesure c’est devenu vraiment naturel, et surtout, en regardant les autres artistes, je me suis que ça n’existait pas vraiment, les artistes faisant les deux, donc je me suis dis : Pourquoi pas moi ? Comme les deux me plaisent et que les deux univers se mélangent bien, je continue dans cette voie-là.

​4. Sa vie professionnelle

Akuma : Alors là ce sont des questions plus sur votre vie professionnelle. Depuis combien de temps gagnez-vous sa vie avec votre chant et vos illustrations et est-ce que vous arrivez à la gagner totalement avec seulement vos activités ?

T.Aki : C’est vrai que depuis que je suis majeure, grâce à de nombreuses collaborations, je peux actuellement vivre de ce que je fais.

Akuma : Que vous voyez-vous faire dans 10 ans ? Est-ce que vous continuez, ou peut-être allez-vous abandonner un des deux domaines ?

T.Aki : Je ne suis pas trop du genre à imaginer le futur, parce que je suis plutôt dans l’instant présent...Mais après si vous me posez la question, c’est vrai que j’aurais vraiment envie de continuer à dessiner et à chanter, et je vais le faire !

5. Projets futurs ?

Akuma : Maintenant c’est plus vos projets futurs. Envisagez-vous de collaborer avec d’autres Utaites, c’est-à-dire d’autres chanteurs de la communauté Vocaloid ?

T.Aki : Pour le moment non, ce n’est pas encore prévu.

Akuma : Et de façon assez générale, avez-vous des projets en ce moment, que ce soit niveau concert, expositions…?

T.Aki : Comme vous avez pu le voir en ce moment pour ma venue en France, je me concentre plus à faire des expositions ou d’autres évènements de style Live-Drawing pour pouvoir montrer aux gens, non pas via un écran mais directement, mes oeuvres. C’est donc une bonne opportunité en France et j’ai envie de continuer dans cette voie-là.

6. Les mots de la fin

Akuma : Et, pour finir sur une note sur vocaloid, quels sont vos compositeurs, chansons et Vocaloid préférés ?

T.Aki : Rolling Girl, Meltdown, Leia, et -ERROR, ce sont des musiques que j'adore, surtout Leia, je trouve son PV magnifique.

Akuma : Et, la dernière question, quels rapports entretenez-vous avec le fandom français, et qu’avez-vous pensé de votre venue en France ?

T.Aki : C’est un grand plaisir pour moi de pouvoir venir en France. Je ne connais que quelques mots de français et des phrases toutes simples, et je suis agréablement surprise de constater que les français ont également fait l'effort d'apprendre quelques mots pour communiquer avec moi. Cela me fait resentir davantage de proximité avec mon public. Je trouve ça magnifique de voir ces gens se déplacer pour regarder mes oeuvres, et encore une fois merci de m’accueillir ainsi à chaque fois que je viens. Et pour les personnes qui n’ont pas pu venir cette fois ci, je vous donne rendez-vous une prochaine fois et je vais faire mon maximum pour venir à nouveau.

 

 

Dossiers

Vocastep, quand vocaloid et dubstep se rencontrent

Un focus sur un mélange qui fait mouche.

article récent

Dossiers & interviews

tous les dossiers

Derniers commentaires

Les évènements à venir Voir le reste